top of page

La folle histoire de Valérie André

Pilote d’hélicoptère, médecin ou encore résistante, l’histoire de Valérie André ne cessera pas de nous surprendre. Cette strasbourgeoise, âgée de 100 ans en 2022, est une femme dont les prouesses furent reconnues dans le monde entier.


Nous sommes en 1939, la seconde guerre mondiale est à ses débuts. Valérie, à peine âgée de 17 ans, doit partir de sa ville natale pour terminer ses études. C’est à Clermont-Ferrand qu’elle trouve refuge chez sa sœur. Elle ne le savait pas encore, mais c’est à ce moment-là que sa vie va prendre un tout autre tournant. En effet, en face de l’Université de médecine qu’elle fréquente, se trouve un terrain vague où Valérie s’initie au planneur. Cela a été surement le déclic d’une passion encrée.


La guerre est maintenant finie depuis trois ans et Valérie soutient sa thèse de médecine. Son maître de thèse lui offre l’opportunité de s’engager dans le corps expéditionnaire en tant que médecin. En effet, il y avait un manque important de médecins militaires sur place en Indochine. Sans hésiter, Valérie répond présente pour apporter son soutien médical aux blessés de guerre. Elle intègre donc l’antenne chirurgicale parachutiste.

C’est à la frontière entre le Laos et l’Indochine, que cette jeune médecin sert son pays dans cette zone qu’on peut seulement atteindre en parachute. Valérie est invitée à vivre un vol d’hélicoptère pour la première fois.


C’est à ce moment-là qu’elle se rend vite compte de la nécessité des hélicoptères à but médical dans l’armée. En effet, d’après Valérie, il serait plus simple et plus rapide d’aller chercher les blessés directement en zone de conflit par le biais des hélicoptères, au lieu de devoir attendre d’être transportable. En effet, pour transporter des blessés, il fallait la protection d’un bataillon quasiment complet. Ce qui prenait beaucoup de ressources et de temps pour quelques hommes.


Valérie prend donc l’initiative d’aller en parler au directeur du service de santé et va lui proposer de devenir pilote d’hélicoptère. En effet, avec ses connaissances en médecine, elle pourra directement soigner les blessés sur place et les transporter à l’arrière.


« Quand il a y eu les hélicoptères, j’avoue que là, j’ai eu le coup de foudre et je n’ai eu de cesse d’obtenir, d’apprendre à piloter et de pouvoir me joindre aux rares pilotes qui faisaient ce travail » s’exprime-t-elle dans une interview en 1992.


Cette médecin militaire retourne donc en France pour passer sa licence de pilote et devenir une des pionnières de l’aéronautique médicale française.

Valérie André devient médecin capitaine et effectue quelques missions accompagnées avant d’entamer de nombreuses missions avec comme seul compagnon son hélicoptère Hiller 360. Elle assiste aussi aux prouesses et avancées technologiques en aéronautique. Notamment avec ses hélicoptères car elle a piloté aussi sur un Sikorsky H-34. Ce dernier comportait deux pilotes et un mécanicien et pouvait transporter 5 à 6 blessés. Ce qui était d’une grande aide.


C’est seulement quelques années après, à la fin de la guerre d’Algérie que Valérie André travaille en tant qu’officier du service de santé et devient le 21 avril 1976 la première femme Générale.

Valérie André est la femme la plus décorée du monde pour son courage et sa détermination dans sa quête d’aide aux blessés de guerre. Valérie André restera une femme humble et munie de valeurs tout au long de sa vie.


Valérie André avec son Hiller 360 - © Aerobuzz

Bibliographie :









Florent KOHLMULLER

236 vues0 commentaire

Comments


ARTICLES RECENTS

bottom of page