top of page

Le Rafale : Consommation et Conséquence écologique

Face à lurgence climatique, la consommation excessive de carburant et les émissions de gaz à effet de serre des avions de chasse français posent un défi crucial. La nécessité de concilier impératifs de défense et préservation de l'environnement interroge sur les alternatives à développer pour réduire leur impact écologique tout en assurant leur efficacité opérationnelle. 


I. Le Rafale


Selon une enquête du Point, les avions représentent trois quarts de la consommation de mobilité des forces armées, ce qui souligne l'importance de réduire leur impact environnemental. 


Les avions de larmée, tels que le Rafale, sont des outils essentiels pour la sécurité nationale, mais leur utilisation présente des problèmes en termes de consommation de carburant. 


Cette consommation importante est attribuable à la nécessité de maintenir des performances élevées, notamment l’appareil doit supporter un facteur de charge maximal de +9 g, comme le souligne la Fondation pour la recherche stratégique. Le facteur de charge, également appelé g-load en anglais, mesure la force subie par un avion lors de manœuvres ou de changements d’altitude. Un facteur de charge de +9 g signifie que l’avion subit une force équivalente à neuf fois la gravité terrestre. 


En d’autres termes, lorsque l’avion subit un facteur de charge de -3,2 à +9 g, chaque kilogramme de masse à bord de l’avion est soumis à une force équivalente à neuf fois son poids normal. Cela nécessite une propulsion et donc une consommation de carburant plus importante pour maintenir les performances de l’avion dans de telles conditions. 


En surplus, la vitesse élevée à laquelle un avion comme le Rafale opère contribue également à la consommation excessive de l’armée de l’air. À des vitesses supersoniques (qui sont essentielles à un avion dédié au combat), l'air doit être comprimé rapidement, ce qui nécessite une puissance considérable et donc une consommation de carburant accrue pour maintenir le vol. 




II. Conséquences écologiques du Rafale


L’utilisation des avions militaires entraîne du fait de la consommation de carburant des préoccupations environnementales importantes. Les émissions de gaz à effet de serre et les polluants atmosphériques issus de la combustion du carburant contribuent au changement climatique et à la dégradation de la qualité de l'air. 

 

Selon les données du ministère des Armées, le Rafale peut consommer jusqu'à 6,7 tonnes de carburant externe lors de ses missions aériennes, ce qui représente un rejet de 21,105 tonnes de CO2 dans l’atmosphère (la combustion de 1 tonne de carburant rejette en effet 3,15 tonnes de CO2), soit autant qu’une voiture à essence qui ferait 1,75 le tour de la planète.


 Nous pouvons étayer notre observation par un autre exemple.  En effet, en une heure de vol à pleine puissance (sans postcombustion, la pleine puissance du Rafale est de 50 kilonewtons) correspondant à une vitesse de Mach 1,8, un Rafale consomme 8 tonnes de carburant.  Chaque minute, cela consomme 133,4 kg de carburant, un chiffre extrêmement significatif. 



III. Solutions pour contrer l'impact écologique 

 

Face à ces défis, des mesures sont nécessaires pour atténuer l'impact écologique des avions de l'armée. L'utilisation de biocarburants, tels que le biojet, est une solution prometteuse pour réduire les émissions de carbone, comme le souligne Le Point. Le biojet est un mélange de kérosène et de matières organiques renouvelables, offrant ainsi une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre par rapport au carburant conventionnel. 

De plus, des améliorations techniques telles que l'optimisation de l'efficacité énergétique des moteurs et l'adoption de pratiques de vol plus durables peuvent contribuer à réduire la consommation de carburant et les émissions polluantes, comme mentionné dans l'étude de la Fondation pour la Recherche Stratégique. 



Pablo SANGARE

Luka ILIC

Lucien CADEAU

34 vues0 commentaire

Comments


ARTICLES RECENTS

bottom of page