top of page

Et si la Terre faisait la taille d'une bille ?

Lorsque l’on s’intéresse à l’univers, ainsi que tout ce qu’il contient, on finit toujours par parler des dimensions de certains astres, des distances entre planètes, étoiles et autres corps célestes. Les distances en kilomètres peuvent varier de la centaine de milliers jusqu’aux centaines de millions mais il est souvent difficile de bien s’imaginer ces distances car très souvent beaucoup trop grande.


Dans cet article, nous ramènerons les objets célestes ainsi que les distances qui les séparent à notre échelle pour les comparer et mieux imaginer et comprendre l’immensité de l’espace.


Cet article s’organisera en quatre parties distinctes :


· Partie I : Notre Système Solaire

· Partie II : Notre galaxie

· Partie III : Notre univers

· Annexe : (explications des calculs effectués et résumé)



Partie I : Les distance dans notre système solaire :


Imaginons que notre planète Terre fasse désormais la taille d’une petite bille de 1 cm de diamètre.

Ainsi, concernant la Lune, l’astre le plus proche de la Terre, elle serait à seulement 30 cm de notre bille avec une taille d’à peine 2 mm




Observons désormais la distance avec notre soleil :




On peut donc ici bien voir la différence importante entre la distance Terre – Lune et

Terre – Soleil. Cependant sur le schéma ci-dessus, pour plus de lisibilité la taille des deux astres n’est pas à l’échelle, seulement la distance. Nous gardons ici l’échelle utilisé avant : la Terre fait 1 cm de diamètre, le Soleil serait alors censé faire 10 m de diamètre, soit l’équivalent d’un immeuble de 3 étages à côté de notre bille.


Pour terminer ce voyage au sein de notre système solaire, nous allons placer la Terre, ou plutôt notre bille dans son système solaire tout entier :




Si l’on garde toujours la même échelle, la distance entre Neptune (la planète la plus éloignée du soleil) et son étoile, serait la distance entre la tour Eiffel et le musée du Louvre à vol d’oiseau, soit 3,16 km !

Alors que notre bille bleue, rappelons-le, est à seulement 110 m.



Partie II : Les distances dans notre galaxie :


Gambadons dans l’espace et allons jeter un coup d’œil du côté de Proxima du centaure, havre de paix et de silence au beau milieu d’une mer de vide. Cet endroit paraît paradisiaque pour y installer une colonie d’humain après avoir détruit la Terre, cependant cet astre n’est pas tout proche et c’est ce que nous allons voir tout de suite : Proxima du centaure est l’étoile la plus proche de notre système solaire. Cependant, elle se situe quand même à quatre années lumières de la Terre.


Reprenons notre petite bille de 1 cm. Pour elle, l’équivalent de notre voyage vers Proxima du centaure serait de faire deux fois la distance Paris – Sydney, soit 32 000 km, à vol d’oiseau.
















Pour résumer, la distance entre la Terre et le Soleil à l’échelle de la bille est de 110 m et la deuxième étoile la plus proche est à 32 000 km. Autant dire qui si on souhaite déménager un jour, le voyage sera très long.


Après notre escale à Proxima du centaure, nous allons continuer notre chemin dans la galaxie jusqu’à son centre. Sagittarius A, un gigantesque trou noir autour duquel orbite l’entièreté des étoiles de notre galaxie. Si nous gardons les mêmes échelles que dans les comparaisons précédentes, la distance jusqu’à cette étoile serait quasiment la distance Soleil – Saturne. Le schéma suivant illustre avec les échelles de tailles réelles la dimension de ce trou noir :





Partie III : Les distances dans l’univers :


Désormais, changeons d’échelle car les distances deviennent trop importantes. Supposons qu’une année lumière, soit représente 1 m :


Le diamètre de notre galaxie serait ainsi de 105 kilomètres.



Quittons maintenant notre galaxie pour rejoindre notre voisine, Andromède, le voyage est long, en effet une distance de 2,5 millions d’années lumières qui reviendrait à un voyage de 34 milliards d’années avec les technologies actuelles. Rappelons que selon notre échelle, un mètre représente une année lumière, le voyage jusqu’à Andromède reviendrait à faire un Toulouse –Kiev en avion !




Pour conclure cet article, terminons notre voyage au plus profond de l’univers en allant toucher les limites du monde observable. Un voyage de 13.8 milliards d’années lumières.

La distance entre la Terre et le fond de l’univers serait de huit fois la distance entre celle-ci et James Webb. L’univers est si vaste que nous avons encore énormément de choses à découvrir dans cet océan de mystères !



Annexe :


Les résultats de cet article ont été calculés grâce à des produits en croix.


Sources des images :


3 : Google Maps

4 ; 5 : Google Earth

8 : https://etudiant.lefigaro.fr/

Comments


ARTICLES RECENTS

bottom of page