Aviation et Guerre : la destruction au service de l’innovation.

       L’objectif premier de la guerre est l’anéantissement de l’ennemi et ce, peu importe les moyens. Très vite, l’avion va rejoindre les rangs de ces moyens de destruction et va ainsi connaître un essor considérable engendré par des avancées technologiques hors-normes. Cependant il est difficile de concevoir que la guerre ait pu contribuer à un tel perfectionnement de l’aviation. C’est pourquoi nous pouvons nous demander comment la destruction massive qui caractérise la guerre a pu engendrer de telles innovations ?


       Pour y répondre confrontons deux types de périodes : les temps de guerre et les temps de paix.


        Après les premiers vols en avion biplan planeur « flyer » en 1903, l’aviation voit le jour et se développe petit à petit. Elle est alors utilisée durant la Première Guerre mondiale et est constituée des premiers avions de reconnaissance, de petits bombardiers et même es premiers chasseurs comme l’Airco D.H.2 - le chasseur britannique mis en service en 1906 - voient alors le jour.

Airco D.H.2, aircraft manufacturing, 1906
Airco D.H.2, aircraft manufacturing, 1906

       A la fin de la Première Guerre Mondiale, l’avion connaît aussi sa première utilité non militaire : l’Aéropostal. Puis, c’est particulièrement pendant la Seconde Guerre Mondiale que le progrès et les avancées aéronautiques s’approfondissent ; le conflit se déploie sur terre, sur mer et maintenant dans les airs et prend une grande ampleur dans ce dernier milieu. Dans chaque camp, les progrès sur les avions sont spectaculaires et de célèbres

modèles connaissent le jour comme

le « Spitfire Mk. IX » chez les anglais mis

en service en août 1938, du "P-51 Mustang"

chez les américains mis en service en janvier

1942 ou encore le premier avion à réaction

allemand « Me 262 » mis en service

en avril 1944.

Spitfire Mk. IX, supermarine division by Vickers-Armstrong, 1936

P-51 Mustang, North American Aviation, 1941



Me 262, Messerschmitt, 1942

      






















En l’espace de 40 ans, l’avion, à l’origine simple fuselage ailé à moteur de 100 chevaux, est devenu un redoutable chasseur possédant 2 turboréacteurs de 900 chevaux chacun.


       On remarque tout de même que ces importants progrès ont particulièrement été motivés par l’important effort de guerre fourni par chaque nation afin de développer des armes plus destructrices les unes que les autres.


     Cependant, alors que l’on entre dans une phase de paix, l’aviation doit maintenant trouver d’autre voies que l’utilisation militaire. L’entre-deux guerres est une période de « grande premières », de nombreux exploits, tels que la traversé de l’Atlantique Nord par Alcock et Brown en juin 1919, ou le célèbre Paris-New-York sans escale le 1er septembre 1930 par Dieudonné Coste et Maurice Bellant sur le « Breguet XIX », sont réalisés.

Breguet XIX, Société anonyme des ateliers d’aviation Louis Breguet, 1922
Breguet XIX, Société anonyme des ateliers d’aviation Louis Breguet, 1922

       De plus à la fin de la Première Guerre Mondiale, en France en 1918 est fondée la première société Compagnie générale aéropostale. La première voie commerciale a été inauguré le 10 février 1919 par Georges Boulard dans un appareil bombardier de nuit de type biplan « Caudron C.23 » bimoteur à longue portée français.

Caudron C.23, Société des avions Caudron, 1919
Caudron C.23, Société des avions Caudron, 1919

         Enfin c’est en 1919 que la célèbre compagnie KLM fut créée.


     A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les constructeurs, notamment américains, cherchent à se convertir dans le domaine de l’aviation civile et commerciale, cependant ils reprennent principalement les recherches, idées et avancées techniques réalisées durant la guerre. On voit ainsi des avions de transports militaires tels que le « Douglas C-49 »


Douglas DC-3, Douglas Aircraft Company, 1936

ou encore le Boeing « B-29 »

Boeing B-29, Boeing, 1938
Boeing B-29, Boeing, 1938

un ancien bombardier lourd quadrimoteur à hélices et à long rayon d'action utilisé par les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée, qui furent synonymes de terreur et de destruction. Ces avions se convertirent ensuite dans le transport civil.


      L’après-guerre marque l’apogée des avions à pistons. Toutefois dans les années 1950 apparaissent les premiers avions de lignes à turbopropulseurs puis à réactions ; encore une innovation datant de la guerre. Depuis le premier avion de ligne à réaction, le transport aérien se démocratise, en effet son coût est de moins en moins élevé et la durée des trajets a diminué alors que la capacité de voyageurs a augmenté.


       Enfin, hors guerre, un avion supersonique de transport de passagers bat des records de vitesse : le Concorde, construit par une association entre Sud-Aviation (devenue par la suite Aérospatiale) et la BAC (devenue ensuite British Aerospace). Cet avion est le fruit d’une technologie aéronautique évoluée et perfectionnée.


       De plus les premières concurrences entre compagnies de fabrication naissent comme par exemple entre Boeing et Airbus. De nos jours, les recherches aéronautiques se portent sur le côté environnemental, sans carburant.


  Le « Solar Impulse 2 », illustre parfaitement ces nouveaux objectifs : c’est le premier avion solaire construit par les suisses Bertrand Piccard et André Borschberg à l’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) ayant accompli un tour du monde sans carburant ni émission polluante pendant le vol.

Solar Impulse, Bertrand Piccard et André Borschberg, à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, 2004


        D'autre part, nous ne pouvons négliger l’arrivée des drones de loisirs ou professionnels, de toute sorte qui s'étend de plus en plus. Cette nouvelle technologie pourrait toutefois faire disparaître le pilote de son cockpit et le rêve de l’homme-volant avec lui.


Nous pouvons à présent conclure qu’il n’est pas nécessaire d’être en période de guerre pour faire des avancées, toujours est-il que le contexte d’une guerre amène tout un pays à se concentrer sur la recherche et le besoin d’innover plus et plus vite. Ce contexte fut utile en quelque sorte pour les débuts de l’aviation. Aujourd’hui, l’objectif est tout à fait différent : nous recherchons plus à dépasser un quelconque adversaire mais nous nous tournons vers des avancées environnementales en cherchant à diminuer la pollution engendrée par ces moyens de transports.



crédit photo : Audrey Moritz

Bibliographie et articles relatifs au sujet qui peuvent vous intéresser :

- “The National Interest.” The National Interest, The Center for the National Interest, nationalinterest.org/.

- “Aviation Militaire & Aéronautique De Défense.”, www.avionslegendaires.net/.

- Ranter, Harro. “Aviation Safety Network >” Aviation Safety Network >aviation-safety.net/.

- “École Polytechnique Fédérale De Lausanne.” EPFL, www.epfl.ch/.

- “National Museum of the USAF.” National Museum of the US Air Force™, www.nationalmuseum.af.mil/.

- United States Department of Defense, archive.defense.gov/.

203 vues0 commentaire

ARTICLES RECENTS