PANG, le successeur du «Charles-de-Gaulle»


Le célèbre porte-avions nucléaire français Charles-de-Gaulle sera retiré du service en 2038. Cependant, la France ne peut renoncer à un tel outil stratégique et tactique. La Marine travaille donc depuis 2018 sur son successeur : le PANG, ou porte-avions de nouvelle génération. Il devrait être opérationnel en 2038. À quoi ressemblera-t-il ? Comment va se dérouler ce chantier de 20 ans ?


Le futur porte-avions nucléaire français embarquera une trentaine de chasseurs. (Illustration d'artiste Naval Group)

Un système de propulsion nucléaire

Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé le mardi 8 décembre 2020 que le PANG (porte-avions de nouvelle génération) sera bien doté d’un système de propulsion nucléaire avec deux réacteurs nucléaires comme son prédécesseur. Le réacteur nucléaire sera un nouveau modèle K22 (220 MW thermiques), plus puissant que l’actuel K15 (150 MW thermiques). Il permettra de maintenir le PANG, qui sera plus lourd que le Charles-de-Gaulle, à une vitesse de 27 nœuds, ce qui correspond à environ 50 km/h, vitesse nécessaire pour catapulter les avions.

Ce choix est justifié car le nucléaire confère une autonomie stratégique majeure : les deux réacteurs n'ont besoin d’être rechargés que tous les dix ans. Si un tel bâtiment était alimenté au diesel, il consommerait environ 300 tonnes de carburant par jour et devrait être ravitaillé toutes les semaines lors des opérations, or des ravitaillements fréquents sont une fenêtre de vulnérabilité.


Un porte-avions plus imposant et plus adapté

Le futur porte-avions sera plus imposant que le précédent : il devrait faire plus de 300 mètres de long, 80 mètres de large au niveau du pont d'envol, et 40 au niveau de la flottaison, le tout pour une masse d’environ 70 000 tonnes. Alors que le Charles-de-Gaulle ne fait que 261 mètres de long, 61 mètres de large au niveau du pont d'envol et 31,5 à la flottaison, pour un poids total de 42 000 tonnes.

Le PANG transportera à peu près le même nombre d’avions que le Charles-de-Gaulle, mais ceux-ci pourront être plus lourds. Parmi eux, il y aura le Rafale et le futur avion de combat européen SCAF (pour “système de combat aérien futur”) actuellement en cours de développement, ainsi que des drones de combat.

L'équipage du navire restera stable, avec environ 2 000 marins. Cependant, les marins auront plus de place dans les espaces de vie, et des chambrées de huit lits au maximum, au lieu de seize actuellement.

Des technologies majoritairement françaises

Le PANG sera équipé d’un nouveau type de catapultes, en remplacement des catapultes à vapeur. Ces nouvelles catapultes électromagnétiques (Emals) ainsi que le système d’arrêt des avions seront de conception américaine. Cependant, tous les autres équipements seront de conception française. Le développement et la construction de ce porte-avions créeront des emplois au sein des industries françaises, telles que les Chantiers de l'Atlantique, Naval Group ou encore TechnicAtome, et ce pendant des années… Plusieurs centaines d’ingénieurs et de techniciens de toute la France travailleront sur le projet, qui permettra d'améliorer encore le savoir-faire des entreprises françaises. Garant de la souveraineté sur les mers et dans les airs, le projet PANG est aussi celui de la souveraineté industrielle française.


Pour en savoir plus

Présentation du PANG sur le site du ministère des Armées


132 vues0 commentaire

ARTICLES RECENTS