top of page

Tu-144. Le seul à concurrencer Concorde


Un avion expérimental Tupolev Tu-144 lors de son premier vol. Photo par PJSC Tupolev

La course au supersonique

Les premiers projets d'avions civils supersoniques sont apparus sur la vague des succès remportés par les chasseurs de combat ainsi que par les bombardiers supersoniques. Toutefois, une étude plus approfondie de la question a montré qu'il était extrêmement difficile de construire un avion supersonique pour passagers sur la base d'un avion de combat, car les exigences et les conditions d'utilisation différaient considérablement.

Au début des années 1960, l’Angleterre et la France ont lancé un projet commun de création d'un avion de ligne supersonique, baptisé "Concorde". Cette machine exceptionnelle devait permettre à une centaine de passagers de traverser l'Atlantique en trois heures seulement, contre six à huit heures pour les avions à réaction classiques.

En 1963, les États-Unis et l'URSS sont entrés dans la course et la création du premier avion supersonique est devenue une nouvelle compétition entre les deux puissances mondiales.

Au cours des dix années suivantes, la création d'un avion de ligne supersonique devient l'un des principaux projets du ministère de l'industrie aéronautique de l'URSS. Les travaux sur l'avion sont confiés au bureau d'études Tupolev. Le projet est dirigé par Alexey Tupolev, le fils du grand designer Andrei Tupolev.

Durant le développement du le Tu-144, les concepteurs soviétiques se sont attaqués à un certain nombre de questions scientifiques et techniques auxquelles l'industrie aéronautique soviétique était confrontée pour la première fois. En 1965, la conception a été définie et le modèle d'avion a fait l'objet d'une démonstration au Salon de l'aéronautique à Paris – Le Bourget. Cela fut clair que les soviétiques ne laisseraient pas ce prestigieux titre à leurs homologues occidentaux sans combattre. Et en effet, ils eurent in fine une longueur d'avance. Le 31 décembre 1968, le premier prototype du Tupolev Tu-144 s'éleva dans le ciel. 



Assemblage de l'avion Tu-144. Photo de PJSC Tupolev

 

Opération “Aile”

La création des premiers modèles de Tu-144 a été associée à la résolution de nombreux problèmes uniques. L'un d'entre eux était le transport des ailes finies. Les modèles expérimentaux ont été assemblés dans l'usine du bureau d'études de Tupolev à Zhukovsky, près de Moscou, et l'usine aéronautique de Voronezh a été chargée de la production des ailes. Au départ, il était prévu de livrer les ailes finies par voie fluviale, mais au début de l'année 1967, les rivières étaient déjà couvertes de glace. Il a alors été décidé d'utiliser la "grue volante" - Mi-10. Cependant, les spécialistes ont calculé qu'il était impossible de soulever des ailes aussi grandes par hélicoptère.

Les créateurs du "Concorde" anglo-français marchaient sur les talons du Bureau d'études Tupolev, la question du prestige du pays était aiguë, et tout retard était synonyme de perte dans cette compétition tacite. La date limite pour l'assemblage du Tu-144 était pressante, et il fut décidé de prendre un risque et de vérifier les calculs théoriques dans la pratique. À cette fin, une équipe spéciale est constituée au Mil Design Bureau, qui devra accomplir cette tâche "impossible".  

L'usine aéronautique de Voronezh travaillait 24 heures sur 24 pour produire des maquettes d'ailes pour le vol d'essai. Ensuite, plus d'une tonne de sacs de sable ont été chargés dans la poutre de queue de l'hélicoptère pour en assurer sa stabilité, et tous les équipements inutiles ont été retirés. Les premières tentatives de soulèvement des ailes confirmèrent les calculs : le décollage vertical avec une telle charge est impossible. C'est alors que le pilote d'essai du Mil Design Bureau a osé décoller avec une course d'élan, ce qui a été un succès.

En vol, le Mi-10 équipé d'une aile était accompagné d'un Li-2, d'un An-2 et d'un hélicoptère Mi-4. En raison du mauvais temps et du risque de givrage, le vol a été interrompu et un atterrissage d'urgence a été effectué près de Toula (région de Toula) . L'hélicoptère a été légèrement endommagé, mais il a quand même pu livrer l'aile du Tu-144 à Zhukovsky (Moscou, URSS).

 

Premier dans le ciel

En décembre 1967, le Concorde a été présenté au public pour la première fois, et les dirigeants soviétiques ont exigé des développeurs du Tu-144 qu'ils mettent à tout prix l'avion soviétique dans le ciel avant son concurrent. Fin 1968, le Tu-144 était prêt pour son premier vol. En raison de la nature inhabituelle de l'appareil, des sièges éjectables ont été installés dans le cockpit pour la sécurité de l'équipage, une première pour un avion de ligne expérimental.

Depuis mi-décembre le Tu-144 était prêt à décoller mais le mauvais temps l'empêchait de le faire. Ce n'est que le dernier jour de 1968 que l'avion a "glissé" à travers la fenêtre météorologique et a pu décoller. Vingt-cinq secondes après l'annonce du départ, le Tu-144 s'est détaché de la piste. Le premier vol a duré 37 minutes. L'Union soviétique affirme alors sa volonté de développement d'avions civils supersoniques. Le Concorde ne décollera pour la première fois que le 2 mars 1969.

L'étape suivante consistait à franchir le mur du son. Le 5 juin 1969, le Tu-144 expérimental a atteint pour la première fois la vitesse supersonique à une altitude de 11 000 mètres. En mai de l'année suivante, l'avion franchit le seuil de Mach 2 à une altitude de 16,3 kilomètres  à une vitesse de 2 150 km/h.

Au cours des essais, il a été remarqué que les moteurs expérimentaux NK-144 n'offraient pas l'autonomie de vol requise sans post-combustion. Le Tu-144 à vitesse supersonique a pu franchir 2 920 km, ce qui est nettement inférieur aux exigences énoncées. En outre, des défauts de conception ont été identifiés au cours des essais. Néanmoins, le prototype Tu-144 a accompli sa mission, prouvant la possibilité de vols civils supersoniques.

Le Tu-144 est testé et préparé pour une utilisation sur les lignes aériennes commerciales. L'avion continue d'être mis au point, il vole à Prague, Berlin, Varsovie, Sofia, et faisait des démonstrations au Salon du Bourget. C'est lors du célèbre salon français que se produit le premier crash. Le 3 juin 1973, le premier Tu-144 de série s'écrase en plein vol et tombe sur une zone résidentielle. L'ensemble de l'équipage et huit habitants du quartier meurent. Aucun défaut technique n’a été relevé, et la cause exacte de l'accident n'a jamais été déterminée. 



Sortie du premier Tu-144 de série de l'atelier d'assemblage de l'usine d'aviation de Voronezh, 1972. Photo de PJSC Tupolev

 

Résultats décevants

Malgré cette catastrophe, le développement de l'avion s'est poursuivi. En 1977, le premier vol commercial Tu-144 Moscou – Alma - Ata a finalement été inauguré. Le vol se déroulait à une altitude de 16 000-17 000 mètres sur une distance de 3 260 km à une vitesse de 2 000 km/h. L'avion volait une fois par semaine en transportant 80 passagers. D'après les commentaires des passagers, ils se sentaient comme des astronautes durant le vol.

En 1976, la construction du Tu-144 a commencé avec un nouveau moteur RD-36-51A, qui devait permettre un vol supersonique plus long. L'accident du premier prototype de cette série a été décisif dans le destin du Tu-144. En mai 1978, lors d'essais dans la région de Moscou, l'avion a dû effectuer un atterrissage d'urgence en raison de prise de feux d'un des moteurs. Deux membres d'équipage ont été tués dans cet accident.

La même année, il a été décidé de suspendre les vols commerciaux. Le programme de développement de l'avion est abandonné et la production du Tu-144 est arrêtée en 1981. Par la suite, l'avion a été utilisé pour le transport de fret, des entraînements et des vols d'essai.

Le Tu-144 s'est avéré coûteux et difficile à exploiter. Il n'existait pas d'infrastructure adaptée ni assez de routes en URSS, et les ventes à l'étranger se heurtaient à d'importants obstacles. Son rival européen, le Concorde, qui a volé jusqu'en 2003, a connu à peu près les mêmes difficultés et a cédé le ciel à des avions de ligne subsoniques plus économiques. Les travaux sur le Tu-144 ont contribué au développement de l'industrie aéronautique soviétique et des secteurs connexes.

Les résultats du programme d'avions de ligne supersoniques font encore l'objet de débats. Une chose est sûre : les constructeurs soviétiques ont une fois de plus prouvé leurs excellentes capacités en gagnant la course au supersonique.


Bibliographie

  • Site "РосТех", article "Ту-144: опережая звук и весь мир"

  • Site "КАЗАНСКИЙ НАЦИОНАЛЬНЫЙ ИССЛЕДОВАТЕЛЬСКИЙ ТЕХНИЧЕСКИЙ УНИВЕРСИТЕТ ИМ. А. Н. ТУПОЛЕВА - КАИ", article "ИСТОРИЯ ЛЕГЕНДЫ"





12 vues0 commentaire

コメント


ARTICLES RECENTS

bottom of page