Un avion sous tension

La voiture électrique, vous connaissez. Encore rare, elle s’est largement démocratisée. Et pour les avions ? Toujours pas d’avions de ligne électriques. C’est pourtant le moyen de transport le plus polluant. En effet, le monde de l’aéronautique représente 2,4 % du total des émissions de dioxyde de carbone dans le monde[1].

Alors pourquoi le 100% électrique semble être un rêve ?

Quelle sera la part d’électrique de ces nouveaux avions ?


Il existe trois énergies secondaires dans un avion : hydraulique, pneumatique et électrique. Dans un avion 100% électrique, les énergies hydrauliques et pneumatiques sont supprimées et il reste seulement l’énergie électrique.

Est-ce vraiment avantageux de profiter de l’énergie électrique comme seule énergie secondaire ?


Oui car le moteur thermique a un rendement médiocre.


Le rendement des moteurs électriques lui, est un véritable atout. 95% de l’énergie consommée par un moteur électrique est transformée en mouvement.

De plus, l’énergie électrique coûtera moins cher aux compagnies aériennes et elle est plus facile à maîtriser que l’énergie hydraulique ou pneumatique.


Alors pourquoi ne voit-on pas d’avions électriques dans les

aéroports ?



Remplacer le moteur thermique par des batteries rendrait l’avion bien trop lourd car elles doivent être 6 fois plus énergétiques que les batteries actuelles.

Et pour l’avion qui doit voler, le poids c’est l’ennemi.



Si l’avion 100% électrique n’est pas pour demain, existent-ils des alternatives envisageables ?


Oui comme par exemple la technologie hybride qui se développe de plus en plus. Airbus s’est associé en 2017 à Siemens et Rolls-Royce pour concevoir son avion hybride-électrique, l’E-Fan X. Il est constitué à la fois de moteurs électriques et de moteurs à combustion. La propulsion électrique est alimentée par le biais d’un système de production d’énergie et une batterie.

Cet avion est entièrement construit en matériaux composites à base de fibre de carbone et de résine époxy afin de le rendre plus léger. En effet, un avion électrique se doit de l’être pour compenser ses kilos de batterie.



Conclusion


Bref, l’avion de ligne vert n’est pas pour demain. Pour le 100% électrique, seuls de petits avions de tourisme sont pour l’instant concernés. Le gain de charge utile ainsi qu’un bon rendement ne suffisent pas à compenser le stockage massif de l’électricité.



Bibliographie et articles relatifs au sujet qui peuvent vous intéresser :

Benoit Jourdain, Un voyage en avion de ligne tout électrique d'ici dix ans, rêve ou réalité ?, franceinfo, 3 octobre 2017

https://www.francetvinfo.fr/economie/aeronautique/video-un-voyage-en-avion-de-ligne-tout-electrique-d-ici-dix-ans-reve-ou-realite_2395374.html


Antony Angrand, L'E-Fan X volera en 2020, air&cosmos, 28 novembre 2017

https://www.air-cosmos.com/article/le-fan-x-volera-en-2020-3513


[1] D'après le journal Le Monde


367 vues0 commentaire

ARTICLES RECENTS