A quoi ressemblerai une guerre spatiale ?


Dans notre imaginaire, notamment du fait de la saga à succès Star Wars, une guerre dans l’espace ressemblerait à cela : des vaisseaux qui utilisentd’armes lasers, qui vont à la vitesse de la lumière, des vaisseaux agiles qui se déplacent comme s’ils étaient dans l’air, certains vaisseaux de plusieurs centaines de mètres de long etc… Mais on va voir que la réalité relève moins de la science-fiction. Une guerre spatiale, ce serait bien moins spectaculaire !


Déjà, l’espace, ça coûte cher !(Voir « Le coût de l’espace » https://www.acielouvert.ipsa.fr/post/le-co%C3%BBt-de-l-espace). Ainsi l’idée de vaisseaux mesurant parfois jusqu’au kilomètre est déjà écartée. Car pour envoyer un tel engin dans l’espace, il faudrait prendre des dizaines d’années de conception, d’assemblage et de travail. Or vu le prix des porte-avions, le prix de ces vaisseaux surdimensionnés est difficile à imaginer.

De plus, il faut que celui-ci puisse décoller par lui-même ! Ce qui, encore une fois, est impensable au vu du poids d’un tel vaisseau. Une solution déjà utilisée de nos jours : l’envoyer en pièce détachées via des fusées et l’assembler dans l’espace tel un lego géant. C'est ce qui a été fait pour la Station Spatiale Internationale. Pour se donner un ordre d’idée, au total, l’ISS aura coûté pas loin de 150 milliards de dollars, pour un volume habitable de moins de 400 mètres cubes, de 109x73mètres et un total de 419 tonnes. Ainsi, même si le coût de l’espace est de plus en plus faible, il ne le sera jamais au point d’envoyer des engins de la taille d’un croiseur interstellaire de Star Wars.


Ensuite, pour ce qui est des armes, on va voir que les très célèbres laser ne représentent pas l‘arme idéale. Aujourd’hui les ”armes laser“ existent, mais elles ne produisent pas des explosions comme on le voit dans les films. En effet, le laser est une lumière. Or personne ne songe à faire exploser quoi que ce soit avec de la lumière. Cependant, au sol ou sur les navires, on peut utiliser des lasers surpuissants (très énergivores) afin « d’aveugler » les avions ennemis en faisant surchauffer les capteurs optiques de ceux-ci (car le laser reste de la lumière très concentrée, qui chauffe les surfaces rencontrées). Certes, il existe un autre type de laser plus puissant nommé « laser à impulsions ultracourtes » qui serait capable en théorie de faire bien plus de dégâts. Mais il y a une limite d’usage car ce type de lasers demande beaucoup d’énergie (donc pas de tirs en rafale...). C’est le même type de lasers que ceux utilisés en médecine ou dans l’industrie afin de découper avec une grande précision, à la différence près que les distances ne seront plus de l’ordre du centimètre voire millimètre mais de la dizaine voire centaine de mètres. Rien n’est moins sûr quant à leur efficacité, mais cela reste à voir dans les années à venir. Dans tous les cas, les engins spatiaux ne tireront pas des lasers explosifs en rafale.




Pour ce qui est de la vitesse des vaisseaux, on va vite oublier l’idée de la vitesse de la lumière pour les vaisseaux spatiaux. Tout simplement car rien dans l’univers ne va plus vite que la lumière, et aucune matière n’y résisterait (les êtres vivants encore moins). Certes dans l’espace, en l’absence d’air, il est plus facile d’atteindre des vitesses plus importantes. Par exemple, la sonde Hélios 2 a établi un record de 253 000km/h, soit près de 70km/s ! Toutefois dans l’espace les dimensions ne sont pas les mêmes. En effet, cette vitesse qui pourtant parait énorme, ne l’est pas tellement : si on rapportait la vitesse d’un Rafale sur Terre à la vitesse de la sonde Hélios, la vitesse de la sonde serait équivalente à celle d’un Rafale sur Terre si notre Système solaire mesurait seulement 5 Millions de kilomètres. Dans les faits, il en fait plus de 10 Milliards ! Donc les déplacements seraient d’une lenteur extrême (c’est d’ailleurs tout le problème de l’exploration spatiale). Ensuite, à ces vitesses, il est impossible de manœuvrer comme on le veut car l’air n’étant plus là pour nous freiner, il faut consommer d’encore plus de carburant pour se freiner. De plus, sans air, il est difficile de tourner. Les vaisseaux pourront par exemple utiliser la gravitation des astres pour économiser du carburant et s’en servir pour tourner.

Enfin, un problème de distance demeure irrésolu : dans l’espace, on est loin de tout, y compris des autres. De plus, comme on se déplace à plusieurs dizaines de kilomètres par seconde, il est très difficile de se trouver au même endroit qu’un autre vaisseau. Ainsi, pour espérer détruire un engin ennemi, il va falloir viser très précisément ! Donc les batailles dans les films où tous les vaisseaux sont regroupés sur quelques petits kilomètres, se tirent dessus avec des lasers explosifs et fuient le combat en partant à la vitesse de la lumière, on oublie.



Mais alors, à quoi ça ressemblerait une guerre des étoiles ?

Dans les grandes lignes, on s’éloigne donc de Star-Wars : il s’agirait plutôt d’un appui stratégique aux troupes sur le sol ou alors du brouillage des radars et des communications ou du piratage de données satellites entre autres (ce qui en réalité est déjà un peu le cas). En effet, l’idée de combats spatiaux est peu probable en définitive. Du moins on a du mal à l’imaginer dans un futur proche car c’est une guerre qui couterait trop d’argent pour les pays. Le combat spatial ne sera probablement que de la science-fiction pour longtemps. Mais en définitive, pourquoi chercher toujours plus de terrains de combat alors que l’on pourrait chercher de nouveaux terrains d’entente ? L’ISS est la preuve que la coopération spatiale amène à tellement plus de possibilités !




Sources :











7 vues0 commentaire

ARTICLES RECENTS